A voir en Corse pour vos vacances, Hotel camping gîte chambre d'hôte et location vacances en corse, Corsica, Korsika, balagne, Porto vecchio


Accueil » Petit lexique Corse

Petit lexique Corse


  • Quelques bases de prononciation :

En Corse la fin des mots est souvent avalée. Le « U » se prononce toujours « OU », le « T » se transforme en « D », le « TT » en « T » , et le « V » se prononce généralement en « B » (sauf dans le Sud de l’île) et uniquement dans le Sud « LL » se prononce « DD ». Les consomnes K, W, X n’existent pas en Corse. Pour les voyelles le « A » et le « I » se prononce comme en français, le « U » se prononce « OU », le « E » n’est jamais muet et enfin le « Y » n’existe pas.

  • Voici quelques expressions et mots familiers :

Oui : ïé

Non : Innò

Bienvenue : Benvenuti

Ça va : Va bè

Comment ça va ? : Cumu và ?

Bonjour : Bonghjornu

Bonsoir : Bóna sera

Bonne nuit : Bóna notte

A votre santé : Salute !

Au revoir : Avvèdeci

Merci : Grazie

Excusez moi : Scusatemi

Puis je manger? : manghjà, possu?

Machja : le maquis (végétation locale)

Paghjella : chant polyphonique traditionnel

Amicu : ami


  • Les noms Corses présents dans la toponymie :

Bocca : Col

Capu : Sommet, cap

Lavu : Lac

Penta, pentone : Gros rocher

Foce : Col de haute montagne, embouchure

Carrughju : rue

Piscia : Cascade

Serra : Crête, ou chaîne de montagne

Castagnu : Châtaignier

Liccetu : Forêt de chênes verts

Indè : chez quelqu’un

  • Quelques clés de compréhension de la langue et de ses corsissismes :

Ce que nous allons vous proposer ici est un petit lexique des expressions corses employées le plus souvent par les jeunes.
Si nous avons décidé de vous en parler, c’est qu’il s’agit d’un phénomène très répandu en Corse, changeant selon la région. Autant vous dire qu’un groupe de jeunes discutant en français sur la place du marché sera pour vous une véritable énigme linguistique tant les expressions et autres corsissismes sont nombreux…

Voici un florilège des expressions les plus courantes qui vous permettra peut-être d’y voir plus clair et d’éviter de vous laisser « monter la sega »…

« Monta a sega » [montà à zegua] ou « monter la sègue » ou encore « tenter » :
Expression aux multiples facettes, dans son sens le plus courant se dit de quelqu’un de prétentieux : on dit alors que c’est un « monta sega », (un « kakou » à Marseille). « Tenter » quelqu’un ou lui « monter la sega », c’est en quelque sorte le faire marcher, lui faire croire quelque chose de faux qu’il est le seul à ignorer, il sera alors le « dindon de la farce » ! C’est une pratique qui est très répandue en Corse, c’est ce qu’on appelle la « macagna », c’est en quelque sorte l’humour corse fait d’autodérision et d’observations critiques.

Le légendaire « Babin » : à Ajaccio prononcez, « va bè » S’il est prononcé sous la forme interrogative cela veut dire tout simplement « ça va ? ». En revanche c’est une expression beaucoup plus subtile qu’il n’y paraît, par exemple à Bastia « va bè » devient « babin » et est une sorte d’interjection que l’on place à la fin d’une phrase ou pour ponctuer verbalement une phrase. « Babin » peut être tant un point d’exclamation insistant, qu’un superlatif ou un « point à la ligne » !

« Pinzuttu » : pointu, c’est le français du continent. Il existe deux hypothèses quant à l’origine du mot. La première, liée à sa traduction, expliquerait le fort accent « pointu » qu’ont, entre autre, les parisiens. La seconde viendrait du tricorne que portaient les voltigeurs français du compte Marbeuf à leur arrivée en Corse au XVIIIe siècle.

« Avà » [awa] : encore une interjection. Celle-là exprime l’étonnement. Exemple : Jean-Marc : « je ne suis plus avec Georgette ! », Simon : « Ava ! ? », ou encore, Fabien : « on m’a volé ma planche de surf ! », Victor : « Ava, c’est pas vrai ! ? ! ».

« Aio ! » : [aillot]. Exprime l’impatience, l’insistance, exemple : Lyvia met 1 h 30 pour se préparer, Victor s’impatiente: « Aio, dépêche-toi ! ».

« chè » [kè] : Surtout employé dans le cortenais ou les villages de l’intérieur, « chè » a deux significations : la première sous forme interrogative exprime la prise à témoin, la consultation, exemple : « chè, on va sortir ou pas ce soir ? ! ». La seconde lorsqu’on exprime une affirmation, une interpellation, un appel, exemple : « chè, écoute-moi ».

« Macu » [mâquou] (pour déformation : « mac ») : C’est « bien ». Certaines ajacciennes disent « toc de mac », évidemment, si on ne vous avait pas expliqué vous auriez eu du mal à comprendre une discussion…

« Piombu » [piombou] : expression typiquement ajaccienne, « piombu » exprime l’étonnement intense, exemple : Guillaume : « hier soir j’ai couru 25 kilomètres», Robert : « Piombu, tant que ça ! ? ».

« Saeta » [çaèta] : a sensiblement la même signification que Piombu, mais est employé surtout en Balagne, plus précisément à L’Ile-Rousse.

« Strega, stragna » [strègua, strâgna] : c’est une sorcière, quelqu’un d’antipathique, ou encore quelqu’un d’étrange, en corse l’étranger se dit « u stragneru ».

  • Liens intéressants pour aller plus loin :

Expressions usuelles sonorisées : http://corsica.net.free.fr/html/francais/langue/grammaire.htm

Proverbes Corses : http://corsica.net.free.fr/html/francais/proverbes/introduction.htm

Dictionnaire corse\français et français\corse : http://www.adecec.net/infcor/index.html

Histoire de la langue Corse : http://www.l-invitu.net/lingua.htm

Dictionnaire thématique : http://www.adecec.net/adecec-net/download.html

Phrases en Corse : http://pagesperso-orange.fr/gbatti-alinguacorsa/phrases/phrases.htm